Douce plume acariâtre

                           Ami bonjour,

 

         Oui, je commence par le mot ami et je terminerai également avec lui. Il me parait tellement absurde de refuser d'apprécier un homme en fonction de sa race ou de sa couleur de peau, tout comme de son aspect physique ou de ses coutumes. Je crains de ne pas pouvoir dire la même chose  en tenant compte de sa religion. Quelle qu'elle soit! Les croyances sont pour moi les plus solides barreaux de prisons destinées à la manipulation, au contrôle des individus. Elles ne sont que factrices de divisions, de haines. Et au nom d'un Dieu souvent commun, des guerres ne cessent pas. Je ne développerai pas davantage cet aspect. Enfin, presque pas.

         Il m'a fallu attendre fort longtemps pour savoir que l'on pouvait différencier les hommes selon leurs races. J'avais retenu de l'école puis du lycée que nous étions tous égaux mais, encore trop influençable par une guerre d'Algérie tuant bien des petit gars de chez nous, j'avoue à ma grande honte avoir dit  à l'époque "sale arabe". L'imbécile que j'étais ne savait pas même ce que le mot signifiait ni qu’il était associé à une religion déterminée. Jusqu’à l'âge de dix-huit ans j'ai joué avec eux à la récréation. De même avec des Juifs, sans savoir que l'on pouvait vraiment les haïr.

                  Ce n'est que tardivement que l'on m'enseigna les atrocités faites pendant cette déjà citée guerre d’Algérie. J’ai également pris conscience que les musulmans français d’Afrique du nord avaient volontiers  servi de chair à canon dans les boucheries de 14/18, rebelote en 39, dix de der pour certain d’entre eux en Indochine.

         Il m'a fallut beaucoup de temps pour vouloir comprendre pourquoi toi, mon ami musulman, étais haï. Comme tout le monde, bien des idées me courraient par la tête. Des informations plus ou moins tendancieuses, plus ou moins objectives données par l'histoire, par les livres, les romans  et de nos jours par tous les moyens de communications, n'ont fait que de forger… des incertitudes. Beaucoup trop de mensonges y sont distillés.

         Internet est arrivé pour hélas nous saouler, nous noyer. Cependant j'ai trouvé grâce à cet outil des compléments d'informations qui m'ont aidé à écrire mon premier livre " LE SOURIRE DE LA PALESTINE".J’y conte l’histoire d’un bébé juif recueilli par une famille musulmane…

   Les derniers événements internationaux et sur le sol français viennent attiser une haine qu’il sera difficile de gommer. Sans vouloir ni excuser ni accuser, il est certain que la culpabilité, ou seulement la responsabilité au développement de cette haine doit être partagée. Par ceux qui fustigent autant que par ceux qui reçoivent.

        Les médias ne racontent pas que des mensonges. Dans les pays musulmans le sort de la femme n’a rien d’enviable par rapport à celui d’autres contrées. Quand des étrangers s’y trouvent, ils doivent se soumettre à leurs coutumes…pourquoi donc la réciprocité ne s’appliquerait-elle pas ? Dans le langage musulman, le mot INFIDELE sert pour décrire tous les autres…Le péjoratif n’attire pas l’amour.

     Ta religion  place ses croyants au-dessus des autres hommes. Mais il en est de même pour les juifs qui ont l’orgueil de se prétendre les élus de Dieu, pour les chrétiens qui partirent en croisades puis en conquêtes sous le fallacieux prétexte de semer la bonne parole. Si Dieu existe, il n’a pu avoir de petits préférés, nous sommes tous ses fils.

     Ami musulman, refuse les discours qui te promettent le paradis en criant Allah est grand avec de l’explosif comme argument. Ceux qui te manipulent sont d’une espèce qui n’a rien de divin. Qu’ils soient de n’importe quelle religion, ce ne sont que des semeurs de discorde. Ils grossissent allégrement les colossales fortunes des marchant  d’armes  et préparent de plus graves conflits pour un futur très proche.

          Ami! Ce n'est pas un livre entier, où mon cœur te parlera, qui résoudra le problème grave de l’anti-islamisme. Peut-être y aurait-il un certain comportement le provoquant? Les plus exaltés d'entre les tiens vont voir dans cette lettre une provocation ou un acte déguisé…ils se trompent lourdement. Ou plutôt, ils veulent TE tromper!

        Qu'ils soient d'un bord ou de l'autre, n'écoute pas ceux qui hurlent à la haine. Ce sont eux qui demain  tireront le profit  quand  tu seras mort pour LEUR idéal.

                    Bien à toi mon ami.

                                             Henri

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

 
×