Douce plume acariâtre

La mort est une bien noble pute,

Dés ton premier instant elle va te  sucer

Et  atteindra un jour son seul  but,

Celui de te faire trépasser.

 

La mort est une  noble pute détestable

Qui   va te  faire parfois languir.

Mais   elle devient aussi  désirable

Quand tu finis par  trop souffrir.

Et le con ne cesse de déconner

Il a toujours peur de la pute.

Il devrait savoir  pourtant que ce dernier pas

Est le premier d’épousailles putassières.

Tranquille homme ! Cette pute ne se paye pas

Et selon les dires tu reviendras de la poussière.

 

La mort est décidemment une bien noble pute

Pute borgne ! Juron de mon adolescence ;

 Pute noble de mort, grande salope,

A mon dernier instant  cette femme cyclope 

Va sans la moindre condescendance

Me baiser quand viendra mon temps.

 La noble pute, qu’elle soit borgne ou non,

Connait déjà ce fameux dernier  pas,

Le fatal et pourtant joyeux moment

Où je me libérerai  de mes démons

Ajouter un commentaire

 
×